Bienvenue dans la Londres criminelle du XXIe siècle
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Miranda Smith, psychologue psychothérapeute à votre écoute.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miranda Smith

avatar

Messages : 1
Localisation : Londres
Occupation : L'écoute clinique

ID Card
♦ Profession:
♦ £: 1500

MessageSujet: Miranda Smith, psychologue psychothérapeute à votre écoute.    Dim 22 Sep - 10:15

Copyright Arrogant Mischief
Smith/ Miranda

«Il ne sert à rien d'essayer d'être autre que ce que je suis.» C. Rogers


۞ NOM : Smith
۞ PRÉNOM(S) :Miranda
۞ SURNOM : Mira
۞ AGE : 28 ans
۞ SEXE : Féminin
۞ NATIONALITÉ : Anglaise
۞ ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro
۞ MÉTIER : Psychologue psychothérapeute
۞ AVATAR : Fluvia Lacerda
۞ NIVEAU RP : Débutante mais j’ai une longue expérience d’écriture de roman, textes et nouvelles. Je réponds dans un délai maximum d’une semaine, voire deux si je suis vraiment débordée. Il m’arrive de répondre dans la journée. Je me débrouille pour écrire pas trop mal, mais je fais des étourderies…
۞ CODE :Validé par Sherlock Holmes ~

PSYCHOLOGIE

Généralités sur la patiente : Le profil de Mme Smith est assez classique. Blessure narcissique due à une légère carence affective plutôt bien cicatrisée mais toujours fragile sans doute à l’origine de son choix de carrière, mais surtout qui l’oblige à se soumettre à autrui et à chercher perpétuellement son amour et sa considération. Caractère doux et effacé. Elle intellectualise ses émotions avec efficacité mais cela n’empêche pas qu’elle puisse être complètement envahie par elles et totalement incapable de les dissimuler. Le profil parfait pour une psychologue si l’on excepte cette mauvaise estime d’elle-même issue de son histoire familiale. Cela la pousse parfois à une trop grande implication vis à vis de ses patients, mais aussi à une intrusivité dans les relations qu’elle entretient toujours extrêmes et étroites. Lorsqu’elle est mise en difficulté elle peut avoir des conduites à risques, voire masochistes mais elle semble posséder la force nécessaire pour élaborer les conflits, internes ou externes.  Elle est donc très sensible mais possède le contenant psychique suffisant, un self solide. Sa capacité d’élaboration psychique a constitué sa seule défense et cela continue d’être le cas d’où sa capacité à aider autrui à élaborer ses propres conflictualités. En même temps l’exclusivité de ce moyen de défense apparaît parfois à la limite de la pathologie et cela contient du même coup le risque de la confusion entre vie personnelle et vie professionnelle. Sa mauvaise estime de soi la prive de la narcissisation minimale pour l’accession à la colère alors celle-ci ne s’exprime que lorsqu’il s’agit d’autrui mais jamais pour elle-même. Si l’on devait résumer toute la pulsionalité de cette patiente, je dirais qu’elle est tournée vers la réparation (cf anamnèse) Réparation qui n’est évidemment jamais complète et qui la pousse toujours au déséquilibre.

PHYSIQUE

Présentation : Miranda se présente toujours sous l’égide de la discrétion. Elle prête de toute évidence une grande attention à son apparence mais dans le même temps elle cherche à ce que cela ne soit pas perçu par autrui. Son apparence lui sert sans doute à renforcer son contenant psychique, comme si le maquillage même discret, le choix de sa tenue pouvait masquer sa sensibilité aux yeux de l’observateur. En cela elle échoue totalement puisque c’est sa douceur et sa sensibilité qui sautent aux yeux. Il s’agit de se cacher et non de s’afficher tel qu’on est.  Elle est toujours vêtue avec classe et soin mais sans aucune extravagance si l’on excepte ce collier offert par son mari contenant une pierre d’ambre. Elle s’efforce d’être transparente, c’est à dire de correspondre parfaitement à ce qu’on attend d’elle exactement comme elle se comporte dans ses relations. Elle est totalement identifiée à son rôle de femme, à sa profession et cela se voit. Il y a quelques fausses notes cependant comme ces tatouages assez fins destinés à cacher les scarifications de son adolescence difficile ( cf anamnèse). Un sur chaque avant bras. Tout est classique chez Miranda y compris les restes de sa souffrance psychique. On note aussi son léger surpoids en lien sans doute avec un rapport compensatoire, voire addictif avec la nourriture. Cela dit, elle semble s’accommoder plutôt bien ses rondeurs comme elle s’accommode avec brio de toute ce qui ne va pas chez elle, au lieu de chercher à le régler. Juste pour mémoire, elle a les yeux marron, les cheveux châtains tirant sur le roux. Accent français mais maîtrise de la langue parfaite.

HISTOIRE


Anamnèse : L’histoire familiale de Miranda est assez traumatique, à la génération antérieure du moins. La mère est issue d’une famille très rigide et très fusionnelle à la fois.  Cette famille a été marquée par le handicap de la sœur mais surtout par l’incapacité pour la grand-mère de Miranda d’accepter sa fille handicapée. Sa sœur ( la mère de Miranda donc) occupa donc une place de mère de substitution pour sa sœur au détriment de sa propre vie psychique. Du côté du père, la grand-mère a été violée et se suicidera à l’âge de 75 ans. Elle épousa un homme (le grand-père donc) aimant mais dur. L’un comme l’autre ont comme négligé d’apprendre à leurs enfants à exprimer leurs affects et le père en porte les stigmates via d’importantes et graves somatisations avec défaut de mentalisation classique. (Cancers et ulcères de l’estomac). Le climat de la famille de Miranda était donc très rigide, marqué par l’impossibilité de dire mais malgré tout tourné vers l’art, la pensée, le développement de l’intelligence, dès petite donc, Miranda à utiliser ce biais pour accéder malgré tout à sa propre affectivité. L’ennui c’est qu’elle semble être la seule parmi le cercle restreint au moins à l’avoir fait. Le père est chirurgien et se concentre sur son travail, la mère biologiste fait de même, tous deux sont dans une fuite maniaque que seule la maladie chronique du père interromps non sans des épisodes de souffrance et de conflits aigus dans la famille. Le frère aîné est neurochirurgien et hautement investi par les parents. Et Miranda a éprouvé beaucoup plus de difficultés lors de son insertion sociale.
A noter que durant la petite enfance de Miranda les parents sont allés s’expatrier en France, toujours dans la fuite. Elle et son frère ont donc effectué leurs formations là bas. La formation de psychologue en France correspond à seulement cinq années d’études. Pas suffisant pour remporter l’adhésion des parents. De part son accession à l’affectivité inédite depuis longtemps dans cette famille, mais aussi de part ses difficultés scolaires toutes relatives, Miranda à constitué un espèce d’enfant symptôme statut auquel elle a eut à résister de tout temps. En même temps, les parents étaient suffisamment résilients par rapport à leur propre problématiques pour lui porter malgré tout une affection saine, en même temps ils ont fait peser sur elle le poids de la souffrance familiale. Évidement notre petite Miranda a pris sur elle une partie de ce fardeau transgénérationnel. A cela s’ajoute la jalousie du frère qui profite de sa crédulité pour la ridiculiser publiquement afin d’asseoir son propre narcissisme sans doute fragilisé. Tout ceci s’est donc fait en silence, caché sous des liens d’amour véritables.
Sa tentative adolescente pour se défaire du poids transgénérationnelle a été vaine. Porteuse de la souffrance elle s’est mise comme beaucoup de jeunes filles de son âge à l’afficher sur son corps via les scarifications, la prise de poids, et un épisode dépressif massif qui n’aboutira pourtant jamais à une tentative de suicide accomplie. Cela semble avoir pourtant permis un début d’élaboration chez les parents pour qui l’amour reprend le dessus.
La seule issue possible pour Miranda était donc de chercher à réparer ce tort inconscient, cette faute générationnelle et aussi la jalousie de son frère. D’où son choix d’étude et un long travail de thérapie personnel qui semble lui avoir permis d’enrayer une bonne fois pour toute la transmission du trauma familial.
Mais encore maintenant elle entretien des rapports conflictuels avec sa famille et elle décide de s’en éloigner et de revenir à Londres cette terre natale qu’elle à pourtant très peu connue sans doute dans un dernier désir d’exorcisation. C’est dans ce contexte que je deviens son superviseur.
Elle débute sa carrière à 22 ans donc par un exercice très difficile en prison de haute sécurité où elle travaille avec les grands psychopathes. Elle démissionnera au bout de deux ans (ce qui est déjà honorable compte tenu du peu d’expérience qu’elle avait à l’époque). Elle exerça ensuite en hôpital psychatrique pendant 4 ans avec un peu plus de succès, d’abord auprès d’adultes puis auprès d’enfants. Elle y rencontre son mari, anglais lui aussi. Elle s’installe donc en libéral cette année à Londres tout comme son mari.
On sent dans son élaboration théorique l’influence de l’école française encore très très imprégnée de psychanalyse Freudienne. Elle n’en tire que le meilleur, le regard sur soi, la non directivité, le respect du patient qui commence à se perdre dans l’école anglaise. Sa pensée est parfois à la limite de la philosophie ce qui rend ses élaborations forts intéressantes mais parfois trop éloignée de la réalité concrète du patient.
Personnellement j’estime qu’une psychologue de cette nature, seule dans un cabinet en libéral court tout droit à la catastrophe. Je ne suis pas sûr que notre supervision mensuelle lui permette de prendre autant de recul que ce que le travail institutionnel permet. Mais après tout, elle a prouvé à de nombreuses reprises dans son histoire qu’elle possède des ressources insoupçonnées.

Edward Pilgrim
Psychologue et psychanalyste membre de l’Ecole Anglaise de Psychanalyse.



۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Pacifique
۞ AGE DU JOUEUR : 21 ans
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Par Sherlock et John
۞ COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ?... Désert...
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : Une fois par semaine au moins en temps normal, moins quand je suis débordée.


Codage par Arrogant Mischief sur Epicode


Dernière édition par Miranda Smith le Mer 25 Sep - 17:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sherlock Holmes
Sociopathe en puissance

avatar

Messages : 22
Localisation : 221b Baker Street.
Occupation : Réfléchir.
Humeur : BOOOORED...

ID Card
♦ Profession: Détective Consultant.
♦ £: 3000

MessageSujet: Re: Miranda Smith, psychologue psychothérapeute à votre écoute.    Dim 22 Sep - 11:11

Owiii ma psychologue préférée est là ! ♥️
Je suis ravi(e) de te compter parmi nous et comme je te l'ai déjà dit, j'aime beaucoup ta fiche. C'est original de la faire au travers d'un œil extérieur même s'il appartient à un beau [censuré] ! Je vais voir si John peut venir lire ta fiche dans les prochains jours pour que tu sois validée et si ce n'est pas le cas je le ferais Wink
Amuse toi bien sur le forum !

_________________
Who care about seemliness ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yankee-chan.skyrock.com/
 

Miranda Smith, psychologue psychothérapeute à votre écoute.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ça brouille l' écoute
» Quel est votre caractéristique préférée ?
» Le patronus de votre personnage
» Votre Opening One Piece préféré !
» Legolas:Mon arc est votre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
221B Baker Street RPG :: Identification :: Présentations en cours-